Archives : Le sous-jacent

Altice en pleine tempête boursière

Altice, groupe de communication et télécommunication multinational, a eu un mois de novembre réellement cauchemardesque sur les marchés financiers avec une capitalisation boursière qui a fondu de moitié à 11,6 milliards d’euros. La maison-mère de SFR a commencé sa descente aux enfers avec une chute de 23% le 3 novembre à la Bourse d’Amsterdam après des résultats trimestriels très décevants (baisse du chiffre d’affaires et du nombre de clients SFR) et d’une dette inquiétante. La démission du patron de l’opérateur, Michel Combes, et la reprise en main de Patrick Drahi à la présidence du conseil d’administration d’Altice n’ont pas suffi à calmer les investisseurs.

Les hedge funds ont ainsi commencé à spéculer sur le poids de sa dette et à vendre à découvert le titre, accélérant ainsi sa chute. Afin de freiner la baisse, le groupe a mis les bouchées doubles pour rassurer et communiquer auprès des investisseurs. Il a notamment mis fin aux rumeurs d’augmentation de capital et d’existence de « covenants »* sur sa dette. Enfin, le groupe l’assure, le temps des acquisitions en pagaille est terminé et la priorité sera donnée au désendettement quitte à accélérer les cessions d’actifs. Cela suffira-t-il à satisfaire les marchés ?

Si vous souhaitez investir avec du levier sur le titre Altice, Commerzbank produits de Bourse vous propose des Turbos à maturité, Illimités, Illimités BEST ainsi que des Warrants sur ce sous-jacent.

* : situation dans laquelle si le cours de Bourse chute trop, l’entreprise se doit d’anticiper les remboursements de sa dette ou de céder une part de sa dette au marché par exemple.

Trouvez un produit sur Altice

Article tiré du magazine Strike 186 / Décembre 2017

 

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement