Archives : Le sous-jacent

Bouygues ne répond plus

Mastodonte industriel dans les secteurs de l’immobilier, du BTP, de la télévision et des télécoms, le titre du groupe Bouygues a lourdement chuté en avril suite à l’échec du rachat de Bouygues Télécom par Orange. Bouygues Télécom, jugé comme étant le plus faible des opérateurs télécoms en France, avait envisagé un rapprochement avec Orange en début d’année. 3 mois de discussions complexes s’en suivront pour finir sur un échec le 1er avril… Les marchés financiers ont immédiatement sanctionné le titre avec une baisse de plus de 20% en l’espace de quelques jours. Déjà en 2014, un potentiel mariage entre Bouygues et, cette fois, SFR avait fait l’objet de nombreuses spéculations avant de se solder par un statu quo. Mais à qui la faute dans l’affaire Orange-Bouygues ? Pour certains il s’agit de l’Etat qui ne souhaitait pas vraiment voir le groupe Bouygues être un actionnaire majeur d’Orange à ses côtés. Pour d’autres, dont Martin Bouygues, la faute revient en partie au dirigeant de Free, Xavier Niel, qui aurait joué les trublions lors des négociations.

Success Story

C’est donc sans grande surprise que les détenteurs de produits baissiers sur Bouygues ont réalisé de belles performances en avril. Le Turbo Put Illimité BEST L351Z, de barrière 37,26 euros, a ainsi vu son cours augmenter de 266% entre le 18 mars et le 18 avril alors même que Bouygues chutait de 14% sur la même période. Actuellement ce produit reste adapté pour investir sur la baisse de l’action avec une élasticité de 5. Avec un effet de levier comparable mais à la hausse, le Turbo Call Illimité BEST 1K46Z de barrière 25,71 euros permettra aux haussiers de concrétiser leur scénario d’investissement.

Cliquez-ici pour suivre le cours et nos produits de Bourse sur Bouygues.

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement