Indices

CAC 40® Zone de fortes turbulences

Les marchés actions ont connu une correction brutale et généralisée qui a touché toutes les places financières, amenant la majorité des performances indicielles annuelles en territoire négatif, à l’exception des Etats-Unis. Le compartiment des actions se trouve affecté par la persistance des tensions commerciales sur fond de flambée des taux obligataires.

Le rendement du 10 ans américain centralise ainsi toutes les attentions, pour tutoyer des niveaux datant de 7 ans, à 3,2%. A cela s’ajoutent des craintes inchangées en Europe, qui cumulent les difficultés avec l’impasse politique à propos du Brexit, à laquelle se juxtapose la confrontation budgétaire entre le gouvernement Italien et la Commission européenne. Ce bras de fer alimente les doutes chez les investisseurs. Enfin, le récent assouplissement monétaire de la banque chinoise a été perçu comme un signal que la croissance domestique avait besoin de soutien. Aux États-Unis, le consommateur apparaît en bonne santé et la rentabilité des entreprises demeure positive. Mais, en dépit de ces signes, les effets positifs de la relance budgétaire ne peuvent pas durer éternellement et d’autres facteurs tels que la hausse des salaires, l’augmentation du prix du pétrole, la solidité du dollar et la hausse des taux d’intérêt, vont probablement finir par exercer des pressions sur les bénéfices des entreprises. A ce titre, la période des publications trimestrielles sera suivie attentivement. La solidité du billet vert et le resserrement continu de la Fed pèsent sur les pays qui accusent d’importants déficits de la balance courante et des niveaux élevés d’endettement en dollar américain, à l’instar des pays émergents les plus vulnérables comme la Turquie et l’Argentine. Cette situation met bien en évidence le fait que, même si le mandat de la Fed est national, ses décisions ont des implications bien au-delà de la frontière américaine. De violents arbitrages ont marqué les mouvements depuis quelques semaines. Les valeurs de croissance ont été délaissées à la faveur des valeurs défensives (Sanofi et Carrefour constituent les plus fortes hausses du CAC40 depuis le 1er juin). Ces changements d’allocations ont entraîné des sorties de capitaux sur le marché des actions pour se porter vers des actifs moins risqués comme les emprunts d’Etats aux rendements haussiers. D’un point de vue technique, en données hebdomadaires, l’indice français a amorcé un mouvement de correction après avoir négativement testé le mur des 5530 points. Le CAC40 est ainsi rapidement passé de la borne haute à la borne basse de son trading range hebdomadaire, cadré entre 5530 et 5050 points. La récente cassure de la ligne inférieure pourrait étoffer le consensus vendeur afin d’étendre le mouvement de baisse en direction du gap de mars 2017, à proximité des 4900 points.

Patrick Rejaunier. © 2018 zonebourse.com

CAC 40

DOW JONES

Rattrapé par les craintes liées à la montée des rendements obligataires dans un environnement de tensions commerciales toujours exacerbées, le Dow Jones a subi d’intenses dégagements. Cela se matérialise par un deuxième test négatif des 26750 points. La configuration se fragilise à plus court terme mais la tendance de fond demeure fermement haussière. Il faudra à ce titre enfoncer la zone des 23500 points pour parler de consensus vendeur.

NASDAQ 100

L’indice phare des valeurs technologiques n’échappe pas aux turbulences boursières. L’aversion au risque pèse effectivement sur le parcours des leaders tels que Apple, Amazon ou encore Alphabet qui perdent respectivement 4,8%, 12,4% et 9,5% depuis le début du mois. La dynamique de fond est toujours positive mais l’enfoncement de la moyenne mobile à 50 semaines à 6860 points militerait pour l’amorce d’une correction de plus forte ampleur en direction de la moyenne mobile à 100 semaines.

NIKKEI

Affaibli par l’appréciation du yen sur fond de ralentissement économique chinois, le marché japonais montre lui-aussi des signes d’essoufflement. Les cours viennent de franchir à la baisse les moyennes mobiles à 20 et 50 semaines. Cette rupture milite pour une poursuite de cette large phase de respiration en direction des 20620 points.

AVERTISSEMENT : la rubrique « Analyse Zone Bourse » comprend la diffusion sans aucune modification des articles rédactionnels (analyses techniques, analyses fondamentales, notes de recherche), des analyses graphiques et des recommandations d’investissement à caractère général (ci-après designées collectivement “les informations“) produites par la société Surperformance SAS, éditrice du site Internet Zonebourse.com. Les informations de cette rubrique représentent une communication à caractère promotionnel et n’ont notamment pas été élaborées conformément à toutes les dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. La Commerzbank et ses employés ne sont pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers présentés dans cette rubrique avant la diffusion du magazine Strike.

Article tiré du magazine Strike 196 / Novembre 2018

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement