Archives : Indices

CAC40 : Cap sur le commerce

Après un passage à vide mi-août en raison des tensions commerciales persistantes et des craintes concernant la croissance mondiale, les places financières ont rebondi vigoureusement revenant sur leur plus hauts annuels, voire historiques pour Wall-Street. Les opérateurs ont en outre salué la volonté affichée par la Chine et les Etats-Unis de parvenir prochainement à un accord, avec la reprise des pourparlers prévue en octobre.
Les annonces des banquiers centraux, lesquels adoucissent à nouveau leur politique monétaire, ont également contribué à rassurer et entretenir l’appétit pour le risque, avec la perspective de liquidités abondantes et de nouveaux gestes à venir, si le contexte économique se dégradait davantage.
Lors de sa dernière réunion de politique monétaire, la BCE a dévoilé un paquet de nouvelles mesures pour soutenir l’économie de la zone euro et faire face à une inflation qui reste atone (1% actuellement contre un objectif à 2%) et ce, malgré la désapprobation d’un tiers des membres du Conseil des gouverneurs. Le taux de dépôt a été abaissé de 10 points de base (à -0.5%), tout en accordant une certaine flexibilité aux banques, avec un mécanisme d’exonération pour pallier aux effets secondaires des taux négatifs. Elle a par ailleurs décidé de relancer le programme de rachats d’actifs à compter du 1er novembre, à hauteur de 20 milliards d’euros par mois, sans fixer d’échéance. La politique monétaire restera donc accommodante aussi longtemps que nécessaire d’autant que la banque centrale européenne a aussi revu à la baisse ses prévisions de croissance (à 1.1% en 2019 et 1.2% pour 2020).
De son côté, la Réserve Fédérale a comme attendu réduit son taux directeur d’un quart de point de base, afin de fournir une assurance contre les risques actuels (faiblesse de la croissance mondiale et montée des tensions commerciales), malgré des perspectives économiques américaines qui restent pour le moment favorables. La Fed a même relevé sa prévision de croissance à 2.2% pour cette année, contrastant avec le choix de baisser pour la seconde fois ses taux. Cette décision, une nouvelle fois critiquée par D. Trump, a été accueillie sans réelle enthousiasme mais les propos de Jerome Powell, laissant entendre que la Fed était prête à mener une politique plus agressive en cas de besoin, ont rassuré. Les prochaines décisions dépendront de l’évolution des indicateurs économiques.
Dans l’attente de ces prochaines données, les opérateurs devraient à nouveau focaliser leur attention sur la reprise des négociations commerciales sino-américaines. L’optimisme avait rapidement ressurgi début septembre, avec l’annonce d’une trêve dans la guerre des tarifs douaniers. Après que Pékin a annoncé l’exemption de droits de douane supplémentaires sur 16 catégories de produits importés des Etats-Unis, Washington avait répliqué en reportant au 15 octobre la hausse des tarifs douaniers portant sur 250 milliards de dollars de produits chinois, le temps de reprendre dans le calme les négociations début octobre.
La forte poussée des indices et les rendez-vous à venir (commerce, échéance du Brexit…) incitent néanmoins à la prudence, la volatilité pouvant ressurgir à tout moment.
Graphiquement, le CAC40 a fortement rebondi depuis son point bas du 15 août, reprenant près de 10% en quasi ligne droite. En données hebdomadaires, l’indice a rallié en clôture la zone des 5650/70 points, un niveau inédit depuis décembre 2007. Sur cette échelle de temps, la dynamique reste positive au-dessus des 5200 points. Sur un horizon de temps plus court, la tendance est également haussière au-dessus des 5460 points, zone de convergence des moyennes mobiles à 50 et 100 jours. La réaction de l’indice dans la zone des 5670 points devrait être déterminante. Le franchissement de ce niveau libèrerait un nouveau potentiel d’appréciation en direction des 5750/5800 points. Dans le cas contraire, on devrait assister à quelques dégagements en direction des 5500 points, scénario conforté par la persistance de plusieurs gaps laissés ouverts dans la montée.
Laurent Polsinelli. © 2019 zonebourse.com

CAC 40


DOW JONES

Porté par l’apaisement des tensions commerciales et des politiques monétaires davantage accommodantes, l’indice Dow Jones est revenu à quelques encablures de ses records historiques, après un été chahuté. En données hebdomadaires, la dynamique demeure clairement haussière au-dessus des 25630 points. A plus court terme, seul un retour sous les 26900 points constituerait une première indication baissière. Dans le cas contraire, les 28000 points seraient à portée de main.

NASDAQ100

L’accalmie sur le front du commerce et les récentes baisses de taux des banquiers centraux ont également profité au Nasdaq100 qui affiche une performance de près de 25% depuis le 1er janvier (à moins de 2% de son record absolu). La tendance reste donc positive au-dessus des 7465 points et seul une clôture hebdomadaire sous ce niveau serait de nature à freiner l’appétit pour le risque des opérateurs. Dans cette hypothèse, il faudrait tabler sur une rechute en direction des 7130 points.

NIKKEI 225

La détente générale sur le front du commerce a également profité au Nikkei, qui a repris près de 2000 points depuis fin août, soutenu également par la faiblesse du yen et la promesse de la BoJ d’étoffer prochainement ses mesures de soutien. En données hebdomadaires, l’indice revient à quelques encablures d’une résistance charnière (22260 points). La réaction dans cette zone sera déterminante.

AVERTISSEMENT : la rubrique « Analyse Zone Bourse » comprend la diffusion sans aucune modification des articles rédactionnels (analyses techniques, analyses fondamentales, notes de recherche), des analyses graphiques et des recommandations d’investissement à caractère général (ci-après designées collectivement “les informations“) produites par la société Surperformance SAS, éditrice du site Internet Zonebourse.com. Les informations de cette rubrique représentent une communication à caractère promotionnel et n’ont notamment pas été élaborées conformément à toutes les dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. La Commerzbank et ses employés ne sont pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers présentés dans cette rubrique avant la diffusion du magazine Strike.

Article tiré du magazine Strike 205 / octobre 2019

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement