Archives : Indices

CAC40 : Les incertitudes réapparaissent sur le commerce

Après une forte poussée des places financières, le mois boursier de décembre débute sur quelques prises de bénéfices, avec le retour des inquiétudes sur les relations commerciales entre Pékin et Washington.
Les grands indices avaient, en effet, poursuivi leur course aux records ces dernières semaines, soutenus par les politiques monétaires accommodantes des banques centrales, une saison des résultats meilleure que prévu et surtout par les espoirs d’un accord commercial sino-américain. L’appétit pour le risque tend ainsi à se réduire légèrement, avec de nombreux signaux contradictoires et l’absence d’avancées sur le commerce. Le bras de fer continue entre les 2 super puissances, la Chine cherchant à obtenir la levée de certains droits de douane en vigueur en amont de la signature d’un compromis, alors que Washington menace toujours de relever à nouveau les barrières douanières, faute d’avancées significatives dans les discussions.
Sur les derniers mois, les grands indices ont effectué une remontée spectaculaire, sans la moindre consolidation, à l’image du S&P500 qui engrange 23% depuis le 1er janvier (+30% pour le Nasdaq100). L’Europe n’est pas en reste, avec le CAC40 et le DAX30 à +24%.
Depuis leur point bas de début octobre, ces mêmes indices ont repris en moyenne plus de 10%, la palme revenant à l’indice allemand, avec 12.6%, frôlant in extremis ses records historiques.
La tendance a été soutenue par la poursuite des politiques de taux bas, la Fed ayant procédé à trois baisses consécutives de taux depuis le 31 juillet (fourchette comprise entre 1.5 et 1.75%). Elle a par ailleurs repris les injections de liquidités en achetant 60 milliards de dollars par mois d’obligation court terme, et ce au moins jusqu’en janvier 2020. Elle devrait désormais adopter une attitude attentiste, le consensus anticipant un statu quo pour 2020, compte tenu de la croissance solide de l’économie américaine (PIB à 1.9% au T3 et 2% au T2), de la robustesse du marché de l’emploi (taux de chômage à 3.5%), avec une inflation proche de l’objectif.
Quant à la BCE, elle avait baissé son taux de dépôt en septembre (de -0.4% à -0.5%) et a adopté un nouveau plan de rachats d’actifs depuis le 1er novembre, pour un montant de 20 milliards par mois, à durée indéterminée.
Les banques centrales devraient donc maintenir leur politique monétaire accommodante, soutenant ainsi les marchés actions, pour pallier au ralentissement économique mondial.
L’optimisme est néanmoins préservé, les opérateurs estimant que la croissance reste faible mais probablement stabilisée, à l’image de l’Allemagne qui a échappé de justesse à la récession (PIB à +0.1% au T3).
Le marché a également bénéficié d’une saison des résultats moins mauvaise que prévu. Aux Etats-Unis, 75% des sociétés ont dépassé les attentes, contre une moyenne de 72% sur les 5 dernières années. Les bénéfices ressortent néanmoins en repli de 2.2% sur un an et bon nombre de sociétés ont revu à la baisse leurs prévisions pour 2020.
L’attention devrait restée focalisée sur les tractations commerciales dans les semaines à venir et les discours discordants de Pékin et Washington qui pourraient engendrer un retour de la volatilité. A l’heure actuelle, un accord commercial semble peu probable d’ici la fin de l’année. Une nouvelle escalade des barrières douanières serait de mauvais augure pour les places financières.
Graphiquement, le CAC40 évolue à quelques encablures de ses records annuels, niveaux inégalés depuis 2007.
En données hebdomadaires, l’indice conserve ainsi une dynamique positive au-dessus des 5690 points (convergence de la moyenne mobile à 20 semaines et ancien plus haut en clôture de septembre). A court terme, la tendance est également haussière au-dessus des 5840 points. On suivra donc de près la sortie des 5840/6000 points pour mettre à profit une poursuite du mouvement en direction des 6170 points, résistance majeure de 2007 ou au contraire, l’amorce d’une consolidation en direction des 5700 points voire 5600 points par extension.
Un retour dans ces zones de cours ne dégraderait toutefois par la dynamique de fond et serait l’occasion de revenir à l’achat à moindre risque.
Laurent Polsinelli. © 2019 zonebourse.com

CAC40


DOW JONES


Les publications trimestrielles moins mauvaises que prévu au T3 et la perspective d’un accord commercial avec la Chine ont permis aux DOW JONES d’inscrire de nouveaux records historiques ces dernières semaines. L’absence d’avancées concrètes pourrait néanmoins inciter les opérateurs à quelques prises de bénéfices, après une performance de 19%. A court terme, un retour sous les 27330 points constituerait ainsi une première indication baissière militant pour l’amorce d’une consolidation en direction des 25670 points.

NASDAQ 100


Après plus de 30% de hausse depuis le premier janvier, le Nasdaq100 montre quelques signes d’essoufflement et pourrait amorcer une correction technique, avec le retour des incertitudes sur le commerce mondial. Un retour sur la zone de soutien majeure des 7680 points constituerait une opportunité pour revenir à l’achat avec un meilleur timing.

NIKKEI 225


Rattrapant peu à peu son retard depuis le début de l’année, l’indice Nikkei affiche désormais une performance annuelle de plus de 15%, grâce à la récente faiblesse du yen et les anticipations d’une détente sur le front des barrières commerciales à l’échelle mondiale. La perspective de nouvelles mesures de soutien par la BoJ a également contribué à ce mouvement. A très court terme, on suivra de près la sortie des 22840/23390 points pour agir.

AVERTISSEMENT : la rubrique « Analyse Zone Bourse » comprend la diffusion sans aucune modification des articles rédactionnels (analyses techniques, analyses fondamentales, notes de recherche), des analyses graphiques et des recommandations d’investissement à caractère général (ci-après designées collectivement “les informations“) produites par la société Surperformance SAS, éditrice du site Internet Zonebourse.com. Les informations de cette rubrique représentent une communication à caractère promotionnel et n’ont notamment pas été élaborées conformément à toutes les dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. La Commerzbank et ses employés ne sont pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers présentés dans cette rubrique avant la diffusion du magazine Strike.

Article tiré du magazine Strike 208 / Décembre 2019

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement