Actions

Les Actions

Arkema

Un titre qui garde du potentiel


Acteur majeur de la chimie de spécialités et des matériaux avancés, Arkema conserve des fondamentaux robustes, portés par la croissance de ces trois divisions, celle des produits de haute performance, des produits industriels et des solutions de revêtements (résines et acryliques).
Malgré des publications qualitatives en 2018 (Arkema ayant à chaque fois battu le consensus sur le T1, T2 et T3), les cours du groupe ont dérapé de près de 25%, la faute à un « environnement économique mondial volatil » pour citer les mots du PDG, Thierry Le Hénaff. Autrement dit, la prudence des guidances dans un contexte de haut de cycle économique inquiète les investisseurs et incite à des prises de bénéfices.
Néanmoins, une des forces du chimiste français se trouve dans la résilience de son business, que ce soit sur le plan des débouchés d’activité que sur le plan géographique. Le groupe tend à réduire son exposition aux activités cycliques, représentées par la division « Résines et Acryliques ». Celle-ci perd du terrain en pourcentage de chiffre d’affaires pour laisser davantage de place à des activités plus résistantes aux cycles économiques, à savoir le segment « Matériaux haute performance » et « Spécialités industrielle », qui constituent 76.6% des ventes en 2017. Par ailleurs, le groupe jouit d’une présence équilibrée dans les différents bassins d’activité, en réalisant près d’un tiers de son chiffre d’affaires en Amérique du Nord, en Europe et en Asie.
D’un point de vue technique, en unités de temps hebdomadaires, la pression vendeuse en vigueur depuis septembre 2018 s’est effritée au contact des 75€. La séquence de baisse a ainsi laissé place à un puissant rebond technique jusqu’à 85€. On pourra ce cadre ouvrir des positions à l’achat au-delà de cette résistance, pour profiter d’un retournement de tendance en direction des 91€, puis par extension, des 100€.

Trigano

De l’hyper-croissance à l’excellence opérationnelle

Rude année que fut 2018 pour le spécialiste européen des camping-cars et des véhicules de loisirs. Le marché s’est montré particulièrement intransigeant avec Trigano, à l’image de son parcours boursier teinté de rouge et une fonte de sa capitalisation de l’ordre de 65% sur la séquence annuelle. En cause, un ralentissement attendu du marché des camping-cars (via une détérioration du climat économique et politique au Royaume-Uni, en France et en Italie) mais surtout une croissance organique de l’équipementier nettement inférieure au consensus.
Plus concrètement, la croissance à périmètre constant s’est établie à +9,5% sur l’exercice 2018, contre +35,6% en tenant compte des acquisitions et de l’intégration d’Adria Mobil. A noter que le premier trimestre 2019 s’inscrit dans la continuité de 2018, avec une progression des ventes essentiellement liée à un effet périmètre tandis que l’activité recule en organique.
Du fait d’une base de comparaison élevée, ou bien simplement parce que les arbres ne montent pas au ciel, Trigano s’engage dans une nouvelle voie, celle de l’excellence opérationnelle au détriment de l’hyper-croissance. Dit autrement, si le groupe ne peut délivrer des taux de croissance à deux chiffres dans un marché en haut de cycle, elle devra s’efforcer de gonfler ses marges. Pour cela, les leviers ne manquent pas, avec notamment l’augmentation des capacités de production du groupe et des synergies avec Adria.
Par ailleurs, la chute des cours du groupe lui confère des multiples de valorisation attractifs, ce que ne manque pas de souligner une majorité de bureaux d’analystes qui couvre le titre. Malgré des révisions d’objectifs à la baisse, les analystes demeurent globalement favorables au dossier, avec un objectif de cours moyen fixé à 133€.
Techniquement, en données hebdomadaires, la tendance demeure baissière, comme l’atteste la pente baissière des différentes moyennes mobiles. En revanche, les cours sont en train de tester une nouvelle fois la moyenne mobile à 20 périodes, qui stoppe les assauts acheteurs depuis juillet 2018. Son dépassement constituerait ainsi un signal d’achat, avec en ligne de mire, la zone des 110€.

Jordan Dufee. Analyse réalisée le 19/02/2019. © 2019 Zonebourse.com

Article tiré du magazine Strike 200 / mars 2019

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement