Archives : Dossier

Les gourous de la finance

Quand on parle de gourous, on pense vite charlatans ou arnaques spirituelles mais ici il n’en est rien ! Les gourous de la finance sont des hommes d’affaires dont la gestion et la vision des grands évènements économiques et financiers leur ont fait gagner des milliards de dollars au fil des décennies. C’est en cela qu’ils sont devenus des « gourous », conseillers des plus grands dirigeants et gérants stars de fonds d’investissement. Alors qui sont-ils ? Et que pensent-ils de la situation actuelle?

Qui sont les gourous ?

Warren Buffett

S’il ne fallait en citer qu’un ce serait lui ! Le plus connu des gourous de la finance suit les traces de son père, courtier en Bourse, et commence sa carrière en 1958 en gérant quelques portefeuilles dans son réseau familial et amical. Dès la fin des années 60, il se distingue par des performances annuelles d’environ 30%. En 1962 il rachète la société textile Berkshire Hathaway et la transforme en la société d’investissement mondialement célèbre que l’on connait aujourd’hui. Dans le top 3 des hommes les plus riches au monde, Warren Buffett a une gestion plutôt long-terme qui repose avant tout sur les résultats réels des entreprises et la détection de sous-évaluations.

Citation culte : « La plupart des gens s’intéressent aux actions quand tout le monde s’y intéresse. Le moment d’acheter est quand personne ne veut acheter. Vous ne pouvez acheter ce qui est populaire ».

Cliquez-ici pour consulter le cours et les produits sur Berkshire Hathaway.

George Soros

Le milliardaire américain, d’origine hongroise, devient célèbre dans les années 90 après avoir massivement parié sur la baisse de la livre sterling. C’est ainsi qu’il gagne près d’un milliard de $ en une nuit et devient « L’homme qui fit sauter la banque d’Angleterre » en accélérant la sortie de la Grande-Bretagne du système monétaire de l’époque : le SME (Système Monétaire Européen). Le gourou, spécialiste des devises, a pris officiellement sa retraite en 2011 et gère aujourd’hui son family office tout en utilisant une partie de sa fortune à des fins philanthropiques.

Citation culte : « Quand on a compris que le malentendu est le lot de la condition humaine, il n’y a aucune honte à se tromper, mais seulement à omettre de corriger ses erreurs ».

John Paulson

Très médiatisé depuis la crise de 2007, le milliardaire américain aurait vu la crise avant tout le monde ! Le « Sultan des subprimes », comme la presse l’a surnommé, a vendu à découvert ces prêts hypothécaires à risques avant l’effondrement du marché, gagnant ainsi 15 milliards de dollars cette année-là. Fondateur et président du hedge fund Paulson & Co, crée en 1994, il recrute l’ancien président de la FED, Alan Greenspan, en 2008 en tant que conseiller. Récemment il lui a été reproché de tirer profit de la crise grecque en investissant à la baisse via des produits dérivés.

Citation culte : « Aucune stratégie ne peut marcher à tous les coups ».

Carl Icahn

L’homme d’affaires américain, qui se destinait à une carrière de médecin, a constitué sa fortune dans les années 80 grâce aux junk bonds. Issu d’une famille modeste, c’est le gourou le plus apprécié des petits porteurs et le plus redouté des dirigeants d’entreprises dans lesquelles il décide de prendre une participation. D’après les estimations de Fortune, les actionnaires des entreprises par le capital desquelles il est passé auraient gagné, grâce à lui, 50 milliards de dollars ! Comme Warren Buffett il tire aujourd’hui la majeure partie de ses revenus des participations massives qu’il possède dans de nombreuses sociétés telles que Yahoo, Time Warner ou eBay.

Citation culte : « Si vous voulez un ami en affaires, achetez-vous un chien ».

Que pensent-ils de la situation actuelle?

Si certains gourous sont discrets sur leurs visions et réservent leurs stratégies aux clients de leurs fonds, d’autres comme Warren Buffett sont plus prolixes… Pour lui les récentes perturbations sur les marchés actions ne sont pas alarmantes outre mesure et son conseil est de continuer à acheter des actions et à les conserver sans regarder de trop près les fluctuations à court terme. La stratégie de « buy and hold »* est celle à privilégier pour le multimilliardaire même si les incertitudes sur l’économie mondiale et la croissance chinoise pourraient en inciter certains à sortir de leurs investissements. Il explique ainsi récemment lors d’une interview : « Pour se faire de l’argent en Bourse, il faut investir dans de bonnes entreprises pour de longues périodes : 10, 20, 30 ans à partir de maintenant et si ce sont de bonnes compagnies, vous vous ferez de l’argent ». Au-delà de donner des conseils de money management, il met en avant lors de sa dernière lettre aux actionnaires un optimisme franc en arguant notamment de l’augmentation du niveau de vie générale.

Changement de perspective lorsque l’on tend l’oreille aux dernières interventions de George Soros pour qui l’Union Européenne est au bord de l’explosion si un programme d’injection massive de liquidités n’est pas mis en place pour mettre un terme aux problèmes des réfugiés. Bien connu pour ses combats philanthropes, il estime que la situation de ces personnes en recherche d’une terre d’asile est désespérée et que les dirigeants européens doivent mettre les moyens pour leur offrir des perspectives et protéger ainsi les principes fondateurs de l’Union Européenne comme la libre circulation de ses membres au sein de l’espace Schengen. Il précise ainsi : « Par le passé les gouvernements ont émis des obligations pour s’attaquer à des urgences nationales et aujourd’hui on est face à une urgence européenne. Quand la notation triple A de la dette de l’UE devra-t-elle être mobilisée si ce n’est face à un danger potentiellement mortel ? ».

Tous les gourous ne deviennent pas plus philanthropes qu’investisseurs avec les années… John Paulson, dont les positions prises à la hausse sur l’Or en 2009 et 2010 avaient été très remarquées, vient de vendre début avril plus de 2.5 millions d’actions d’une compagnie aurifère (Novagold Resources). Il n’en fallait pas plus pour que les marchés se demandent s’il fallait y voir un signal de vente sur l’Or, d’autant plus que le gourou avait déjà allégé son exposition au métal précieux plus tôt dans l’année. Néanmoins le discours de Paulson est plutôt rassurant pour les mois à venir. Comme Warren Buffett, il a appelé en février les investisseurs américains au calme en pariant sur une future stabilisation des marchés. Pour lui « tous les intervenants sont en train de sur-réagir à des scénarios noirs pour l’instant très hypothétiques. Il faut que tout le monde se calme et reprenne ses esprits ».

Avec Carl Icahn, John Paulson, qui siège au conseil d’administration, pèse sur l’assureur AIG afin d’obtenir la scission du groupe en 3 sociétés indépendantes. Cette opération aurait pour but de créer rapidement de la valeur pour les actionnaires. Depuis plusieurs mois, les deux investisseurs activistes font pression sur l’assureur pour qu’il dégage plus de profits en réduisant sa taille et en faisant des économies.

Carl Icahn se distingue des autres gourous par ses récentes positions très pessimistes sur les « high yield », ces placements risqués à fort rendement. Pour lui, avec la chute du pétrole et la situation délicate des émergents, « l’effondrement des high yield ne fait que commencer ». A la différence de la crise des subprimes, les banques ne sont pas investies sur ces placements. En cas de krach dans le secteur des « high yield » l’effet sur l’économie serait donc beaucoup plus dévastateur.

* : acheter des actions et les conserver

 

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement