Archives : Dossier

L’Or retrouve son éclat

1 284 dollars l’once : c’est le plus haut atteint par l’Or mi-mars sur les douze derniers mois. Les récentes turbulences sur les marchés financiers, l’éventualité moindre d’une remontée des taux d’intérêts de la FED ainsi que l’investissement massif sur les ETF aurifères expliquent ce rallye haussier qui, d’après la recherche Commerzbank Corporates and Markets, n’est probablement pas fini. Néanmoins, certains éléments sont déjà identifiés comme sources de corrections potentielles pour l’ascension du métal précieux. Nos experts tablent sur un cours de l’once à 1 250 dollars à la fin de l’année.

 

Que nous vaut cette remontée de l’Or ?

Après une période de désamour auprès des investisseurs
et des médias, l’Or revient sur le devant de la scène avec un impressionnant début d’année. Durant les six premières semaines de 2016, son cours a pris 20% ! Largement imputée aux difficiles conditions sur les marchés actions depuis janvier, la hausse de l’Or accrédite son rôle de valeur refuge incontestable pour les investisseurs. L’aversion au risque croissante sur les marchés entraîne un repli de la demande vers des actifs considérés comme « sûrs ». Ce contexte boursier délicat, associé aux mauvais chiffres de l’économie aux Etats-Unis et à l’éloignement de la perspective d’une nouvelle hausse de taux de la FED, a créé un terrain favorable au rebond du métal précieux.

Du côté des politiques de taux menées par les autres banques centrales, les feux sont aussi au vert pour la progression de l’Or. Après la BCE et les banques nationales de Suisse et de Suède, c’est au tour de la Banque du Japon de baisser drastiquement certains de ses taux dans des territoires négatifs. Actuellement, près de 6000 milliards d’euros d’obligations d’états affichent des rendements inférieurs à 0%. En Allemagne par exemple, les obligations souveraines ayant une maturité inférieure à 8 mois s’échangent à des taux négatifs. Au vu de ces éléments, l’Or qui était décrié pour ne pas rapporter grand-chose a aujourd’hui le mérite de ne pas coûter d’intérêts !

Ainsi, l’attrait pour l’Or, relativement modeste ces dernières années, a trouvé un nouveau souffle notamment par le biais de trackers qui bénéficient d’une demande croissante. En effet, les ETF sur l’Or ont vu leurs flux entrants s’élever à 240 tonnes (source Bloomberg) dans les deux premiers mois de l’année, dépassant ainsi largement les 138 tonnes de flux sortants sur le métal précieux en 2015. Les banques centrales, structurellement acheteuses d’Or depuis maintenant plus de 6 ans, sont
en pleine phase d’augmentation de leurs réserves. Si l’année
dernière, les banques centrales chinoise et russe ont été les
deux plus gros acheteurs du métal précieux, les réserves d’Or
de la Chine en comparaison à celles en devises restent toujours assez faibles d’un point de vue international. Il est donc fortement probable que la banque centrale chinoise continue d’augmenter ses réserves en métal jaune dans les mois à venir.

Les banques centrales sont structurellement acheteuses d’Or depuis 2010.

Source : World Gold Council, Achats d’Or des banques centrales en tonnes

 

Du côté des ménages, particulièrement chinois et indiens, on œuvre aussi pour une hausse de l’Or avec une demande vigoureuse principalement dirigée vers le secteur de la joaillerie. Le World Gold Council table sur une hausse de la demande en 2016 notamment grâce aux ménages chinois qui, déçus par les investissements en actions, n’ont aujourd’hui plus d’alternatives
en termes de placements. En Inde aussi la tendance est à une
demande en croissance au vu des conditions climatiques
meilleures qu’en 2015 dont le pays et le pouvoir d’achat des ménages de toutes classes devraient profiter.

Un chemin sans embuches ?

D’après les analystes Commerzbank Corporates and Markets, la tendance haussière devrait perdurer à court terme mais des corrections temporaires ne sont pas exclues. Notamment en raison de la demande des ménages qui pourrait connaître des phases de ralentissement au fur et à mesure du renchérissement du métal précieux. Autre menace : la hausse des taux directeurs de la FED. Le marché anticipe aujourd’hui qu’une nouvelle hausse des taux d’ici à la fin de l’année est à 60% probable. Cependant, les spécialistes de Commerzbank Corporates & Markets n’excluent pas l’éventualité de deux hausses de taux durant l’année. Comme nous l’a démontré cette dernière année, le cours de l’Or est très sensible aux spéculations sur une remontée des taux d’autant plus que cela entraîne parallèlement un renforcement du dollar. L’expérience des deux dernières années nous invite également à la prudence avec des schémas où l’Or enregistre un premier trimestre en forte hausse mais n’arrive pourtant pas à consolider ses gains par la suite. L’Or a ainsi réalisé ses plus hauts annuels pour 2014 et 2015 durant les premiers trimestres de l’année pour finir 2014 en légère baisse annuelle et 2015 en récession plus marquée.

L’Or avait aussi commencé 2014
et 2015 en bonne voie…

Source : Reuters, cours de l’Or

 

Ce scénario n’est pas celui attendu en 2016, d’après nos spécialistes, même si la hausse de ces derniers mois a probablement été trop rapide et que des corrections éventuelles paraissent inévitables. Le cours de l’Or ne devrait pas dévisser comme l’année dernière. Quand bien même on assisterait à des chiffres économiques encourageants aux Etats-Unis et à des marchés plus calmes, augmentant les chances d’une hausse des taux, le cours de l’Or pourrait en souffrir mais seulement temporairement. Le métal jaune devrait rester soutenu par un climat d’incertitude élevé et un contexte de taux d’intérêts négatifs durable, d’où la prévision d’un cours à 1 250 dollars l’once à la fin de l’anné.

En pratique, comment investir sur l’Or ?

Commerzbank propose plus d’une centaine de produits de Bourse sur l’Or pour investir à la hausse mais aussi à la baisse du métal précieux. D’un côté les produits à effet de levier (Warrants, Turbos à maturité, Turbos Illimités BEST, Leverage et Short) conviendront aux investisseurs dynamiques et avertis souhaitant amplifier une conviction directionnelle forte. De l’autre, les produits d’indexation avec le Certificat 100% J932Z (FR0011004449) qui réplique tout simplement les variations de l’Or aux frais de gestion près (0,30% par an). Signe du regain d’intérêts des investisseurs envers le métal jaune, les montants échangés sur
les produits de Bourse en France sur l’Or ont pratiquement quadruplé entre janvier et février. (Source : Euronext)

Cliquez-ici pour consulter le cours de l’Or.

Produits présentant des risques de perte en capital et à effet de levier. Ces produits s’adressent à des investisseurs avertis et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. L’effet de levier amplifie les variations du sous-jacent à la hausse comme à la baisse, ce qui peut être favorable ou défavorable à l’investisseur. Commerzbank recommande à l’investisseur de consulter la rubrique facteurs de risque du prospectus. Ces risques sont notamment le risque de défaut de l’émetteur, le risque de marché. Commerzbank attire l’attention des acheteurs potentiels sur le fait que, de par leur nature, les produits sont susceptibles de connaître des variations de valeur considérables, pouvant aboutir dans certain cas à la perte de la totalité de l’investissement initial. Les prospectus d’émission de ces produits ont été visé par la BAFIN ayant notifié un certificat d’approbation à l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Le prospectus complet, le résumé en français du prospectus et les conditions définitives sont disponibles sur le site www.bourse.commerzbank.com.
Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement