Pétrole et Euro/Dollar

Pétrole et Euro/Dollar 193

LE BRENT

Une réunion de l’OPEP sous haute tension

Les pays membres de l’OPEP et leurs partenaires se réunissent le 22 juin prochain à Vienne pour réviser leur objectif de limitation de la production. Le cartel et d’autres pays non membres, dont la Russie, se sont engagés depuis 2016 à respecter des quotas afin de désengorger le marché pétrolier. A ce jour, les résultats tant espérés, que ce soit au niveau du prix du baril (en progression de 13% depuis le 1er janvier), que du niveau des stocks mondiaux (qui tendent vers leur moyenne à 5 ans), incitent certains membres à augmenter leur offre dès le troisième trimestre.
Néanmoins, cette proposition divise profondément les membres de l’organisation pétrolière. Si l’Arabie Saoudite et la Russie prônent en faveur d’un assouplissement des quotas, certains pays ont en revanche tout à perdre dans cet accord qui pourrait peser sur les cours. C’est notamment le cas de l’Iran et du Venezuela, qui ne sont pas capables d’augmenter leurs extractions. En effet, Téhéran fait face aux sanctions US, pénalisant les exportations perses, tandis que Caracas demeure toujours dans une impasse économique qui broie petit à petit son industrie pétrolière. Les opérateurs restent ainsi extrêmement attentifs à ces divergences qui apportent leurs lots d’incertitude quant à la capacité de l’OPEP à discipliner ses
membres.
Du côté des schistes américains, malgré une croissance de la production révisée à la baisse par l’EIA en 2019 (à 11,76 mbj versus 11,86 mbj), l’offre américaine progresse nettement pour atteindre un record à 10,8 mbj. Les producteurs américains profitent ainsi de l’appréciation des cours pétroliers pour mettre en activité de nouveaux forages, à l’image de l’indicateur avancé de Baker Hughes, qui culmine à 863 unités, son plus haut niveau depuis mars 2015.
D’un point de vue technique, en données hebdomadaires, la ligne des 80 USD a entrainé des prises de bénéfices, actant un mouvement de consolidation au sein d’une tendance de fond qui demeure solidement haussière. A ce titre, la moyenne mobile à 20 semaines constitue le garde-fou de ce trend haussier que les acheteurs devront impérativement sauvegarder sous peine de subir une correction plus profonde en direction des 66 USD.

Jordan Dufee. Analyse réalisée le 22/06/2018.
© 2018 Zonebourse.com

L’EURO/DOLLAR

Des obstacles en pagaille

En difficulté sur tous les fronts, la monnaie unique poursuit sa dégringolade, affaiblie tour à tour par l’Italie, la BCE puis l’Allemagne dans un contexte de protectionnisme américain dommageable pour la croissance mondiale.
En Italie d’abord, si les scénarios d’un blocage, de nouvelles élections ou d’un référendum sur l’appartenance à la zone euro ont été écartés, la coalition populiste au pouvoir continue d’inquiéter les investisseurs. Les mesures au programme dévoilent en effet de nouvelles largesses budgétaires pour l’économie la plus endettée de l’UE et créent des tensions sur le marché obligataire.
Du côté de la BCE, le net rebond de l’inflation en mai et l’optimisme de Peter Praet avaient créé des attentes autour de la dernière réunion des gouverneurs. Pourtant, l’institution a prolongé son QE jusqu’en décembre et a indiqué ne pas prévoir de hausse de taux avant la fin de l’été 2019, déclenchant de nouveaux dégagements sur les changes.
En Allemagne enfin, Angela Merkel subit la pression de l’aile droite de la coalition sur la question des migrants, obligeant Emmanuel Macron à tempérer ses ambitions européennes.
Aux Etats-Unis, les chiffres économiques rivalisent de robustesse et dessinent peu à peu un deuxième trimestre vigoureux. La FED a ainsi profité de sa réunion de juin pour entériner un nouveau tour de vis d’un quart de point et révéler une hausse de ses projections.
La banque centrale ne semble ainsi pas s’émouvoir du protectionnisme décomplexé de la Maison-Blanche alors que plusieurs partenaires internationaux, Chine et UE en tête, ont promis des mesures de rétorsion sur des produits américains en guise de représailles. Graphiquement, en données hebdomadaires, l’Euro s’installe sous 1.1605 pendant que sa moyenne mobile à 20 semaines pique du nez. En manque de soutien, la monnaie unique pourrait creuser ses pertes et rallier prochainement 1.1430 puis 1.1279 USD, un support de long terme.

Mathieu Burbau. Analyse réalisée le 22/06/2018.
© 2018 Zonebourse.com

AVERTISSEMENT : la rubrique « Analyse Zone Bourse » comprend la diffusion sans aucune modification des articles rédactionnels (analyses techniques, analyses fondamentales, notes de recherche), des analyses graphiques et des recommandations d’investissement à caractère général (ci-après designées collectivement “les informations“) produites par la société Surperformance SAS, éditrice du site Internet Zonebourse.com. Les informations de cette rubrique représentent une communication à caractère promotionnel et n’ont notamment pas été élaborées conformément à toutes les dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. La Commerzbank et ses employés ne sont pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers présentés dans cette rubrique avant la diffusion du magazine Strike.

Article tiré du magazine Strike 193 / Juillet-Août 2018

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement