Archives : Pétrole et Euro/Dollar

Pétrole et Euro/Dollar

LE BRENT

L’OPEP+*, véritable banque centrale des marchés pétroliers

En dépit de vents contraires, matérialisés par des interrogations sur la robustesse de la demande de pétrole, les cours pétroliers progressent, soutenus par le travail de l’OPEP que l’on pourrait volontiers comparer à celui d’une banque centrale. Les discours des représentants du cartel demeurent identiques sur un point, celui d’ancrer à la hausse les anticipations des prix pétroliers.

A ce titre, le terrain est préparé à un prolongement des quotas pétroliers, en cause, l’infatigable essor du pétrole de schiste américain. L’alliance OPEP+ craint effectivement un engorgement du marché, dont le rééquilibrage en termes d’offre et de demande prendra plus de temps que prévu. Tout est ainsi mis en œuvre pour éviter une nouvelle rechute des prix et préserver une stabilité du marché.

A plus court terme, les opérateurs restent attentifs à la chute de la production vénézuélienne, annihilée par un contexte économique de plus en plus tourmenté, ainsi qu’à la production iranienne, éprouvée par les sanctions US (voir graphique ci-dessus). Toutefois, à un horizon de temps plus lointain, les dynamiques enregistrées outre-Atlantique nuancent ce tableau. L’Agence internationale de l’énergie s’attend à ce que les exportations américaines détrônent celles de la Russie dans les prochaines années, pour s’établir à un niveau proche de l’Arabie Saoudite, à près de 9 millions de barils par jour ; un véritable bouleversement historique du poids des Etats-Unis sur les marchés pétroliers.

Techniquement, en données hebdomadaires, aucun signe d’essoufflement du rebond des cours n’est à constater. La bonne tenue des 63 USD, suivie d’un franchissement des 67 USD ouvre la voie à un prochain test des 70 USD. Au-delà du symbole, ce niveau constitue une résistance majeure et coïncide avec la moyenne mobile à 50 périodes. Dans ce cadre, seul un retour sous 63 USD fragiliserait le courant acheteur toujours en vigueur.

Jordan Dufee. Analyse réalisée le 20/03/2019. © 2019 Zonebourse.com

Euro / US Dollar

L’Euro se heurte au Brexit et à la BCE

En dépit d’un billet vert de moins en moins vigoureux, la monnaie unique, pénalisée à la fois par la politique de sa Banque centrale et par les sombres perspectives du Brexit, ne parvient pas à contester sa tendance de fond.

A l’occasion d’un large abaissement de ses prévisions de croissance et d’inflation, la BCE a prévenu que les taux resteraient à leur plus bas niveau historique au moins « jusqu’à la fin de cette année », contre un horizon auparavant situé à l’été 2019. Francfort a par ailleurs dégainé une nouvelle vague de prêts géants en faveur des banques afin de soutenir le crédit et la consommation face au ralentissement mondial.

Sur le front du Brexit, bien qu’un « no deal » et ses potentielles conséquences dévastatrices semblent pouvoir être écartés, les inconnues demeurent nombreuses à ce stade et le manque de visibilité pèse sur la confiance des milieux d’affaires et sur l’investissement des entreprises.

De l’autre côté de l’Atlantique, le Dollar se détend également sous l’effet combiné de la prudence de la Réserve Fédérale et de l’espoir autour d’un accord commercial entre Pékin et Washington.

La FED estime que les Etats-Unis vont marquer le pas tandis que son président Jerome Powell a déclaré que l’inflation devrait descendre quelques temps sous 2%, la cible de l’institution.

Enfin, Donald Trump a levé l’ultimatum contre la Chine mais une rencontre entre le pensionnaire de la Maison-Blanche et son homologue Xi Jinping, initialement programmée en mars et destinée à entériner une entente entre les deux premières puissances mondiales, n’a finalement pas eu lieu.

Graphiquement, en données hebdomadaires, l’Euro poursuit sa chute entamée en début d’année 2018. Fidèlement ancrée sous sa moyenne mobile à 20 semaines, la monnaie unique enregistre en mars de nouveaux points bas depuis juin 2017, formant un nouveau support de long terme à 1.1235 USD.

Mathieu BURBAU Analyse réalisée le 20/03/2019. © 2019 Zonebourse.com

Article tiré du magazine Strike 201 / avril 2019

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement