Archives : Pétrole et Euro/Dollar

Pétrole et Euro/Dollar

LE BRENT

Pétrole : L’OPEP au centre des attentions

Le pétrole traverse le mois de mai avec beaucoup de volatilité. Après avoir transpercé des seuils techniques au début du mois, les cours du baril se sont enfoncés à des niveaux jamais atteints en 2017, pour finalement amorcer un puissant rebond et effacer les pertes mensuelles.

Les espoirs autour d’une prolongation des quotas pétroliers se sont enfin confirmés puisque la Russie et l’Arabie Saoudite sont favorables à une extension de l’accord de production jusqu’en mars 2018. Cet événement, futur catalyseur des cours, constitue potentiellement une sérieuse justification aux initiatives acheteuses malgré l’inconnue qui perdure sur l’offre américaine.

En effet, l’annonce du premier accord (qui prévalait jusqu’au premier semestre 2017) conclu le 30 novembre 2016, avait entraîné une appréciation des cours du Brent de près de 20% en un mois, passant de 47 à 56 USD. Il n’est donc pas sans rappeler que cette configuration pourrait se reproduire, à condition que les autres pays producteurs adhèrent à cette mesure. C’est tout l’enjeu de la prochaine réunion de l’OPEP qui se tiendra le 25 mai à Vienne.

Par ailleurs, la faiblesse du dollar, causée par les incertitudes entourant les affaires de D. Trump, contribue à la bonne tenue des cours pétroliers.

Graphiquement, en unité de temps hebdomadaire, les cours du Brent évoluent au sein d’un triangle ascendant, cadré par une oblique haussière et une résistance horizontale à 57 USD. Malgré le biais positif qui subsiste, on attendra une sortie de cette figure de continuation pour ouvrir des positions.

Jordan DUFEE Analyse réalisée le 19 mai 2017
© 2017 Zonebourse.com

L’EURO/DOLLAR

Vent d’espérance en Europe

Alors que l’élection d’Emmanuel Macron en France assène un cinglant revers aux courants eurosceptiques et que Donald Trump collectionne les controverses outre-Atlantique, la monnaie unique évolue dans ses plus hauts niveaux depuis 6 mois.

Oui, un projet résolument pro-européen peut remporter des élections en 2017. Le constat rassure les marchés et envoie un signal fort aux électeurs allemands et italiens qui seront appelés aux urnes dans les prochains mois. Une situation qui devrait par ailleurs encourager de nouveaux débats au sein du Conseil des gouverneurs de la BCE, déjà concerné par la robustesse de la croissance et la vigueur de l’inflation en zone Euro, soutenues par la solidité de l’excédent commercial outre-Rhin.

Aux Etats-Unis en revanche, les indicateurs montrent de sérieux signes de ralentissement, tant au niveau de la hausse des prix que de la consommation, tandis que Donald Trump s’enlise dans des scandales sans précédent. Déstabilisé par l’affaire du limogeage du patron du FBI et les révélations quant à une probable collaboration avec Moscou, le président américain perd peu à peu le soutien de son propre camp. Les investisseurs s’interrogent désormais sur sa capacité à conduire sa politique, en particulier en matière de relance budgétaire, et même sur l’hypothèse d’une destitution. Le contexte pourrait par conséquent convaincre la FED, qui table sur deux nouvelles hausses de taux d’ici la fin de l’année, de jouer la montre.

Graphiquement, en données hebdomadaires, l’Euro profite du regain d’intérêt des investisseurs pour l’Union monétaire et accélère sa progression entamée au début de l’année, après avoir chuté dans des zones de prix inédites depuis 15 ans. Dans la dynamique actuelle, le haut de la fourchette qui emprisonne la parité depuis plus de deux ans pourrait de nouveau être testée dans les semaines qui viennent et potentiellement ouvrir la voie d’une accélération vers 1.1717 USD.

Mathieu BURBAU Analyse réalisée le 19 mai 2017
© 2017 Zonebourse.com

Article tiré du magazine Strike 181 / Juin 2017

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement