Archives : Pétrole et Euro/Dollar

Pétrole et Euro/Dollar

LE BRENT

Le marché demande des gestes forts pour croire au rééquilibrage

Bien que la fièvre géopolitique ait grandement soutenu les cours pétroliers au début du mois de novembre, force est de constater que celle-ci retombe peu à peu, les opérateurs préférant se tourner vers des éléments plus concrets pour apprécier la capacité du marché à se rééquilibrer.

Ainsi, après une progression de près de 6% en ligne droite, amenant le Brent au-delà des 64 USD le baril, l’engouement des intervenants s’est brisé face à la très bonne tenue des extractions américaines. De nombreux puits sont entrés en activité, portant la production américaine à un record, alors même qu’une majorité d’analystes s’attendait à un tassement de la production du fait d’une baisse inhérente des gains de productivité. Il sera donc impératif de suivre les dépenses d’investissement dans l’appareil productif américain pour juger de la soutenabilité de cette dynamique, qui pourrait contrebalancer les efforts du cartel pour rééquilibrer le marché.

La prolongation des accords de production sera d’ailleurs tout l’enjeu de la prochaine réunion de l’OPEP, qui se déroulera le 30 novembre prochain à Vienne. Cet accord, qui a commencé début 2017, a été renouvelé une fois jusqu’à fin mars 2018 et pourrait être allongé jusqu’à fin 2018. Reste que le prolongement des quotas de production demeure largement anticipé, l’OPEP devra donc aller plus loin pour surprendre positivement le marché.

Du côté de la demande, les guidances divergent. Alors que le cartel pétrolier se montre globalement confiant sur la vigueur de la demande pour cette année et l’année prochaine, l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) s’est montrée nettement plus prudente. L’OPEP révise ainsi une nouvelle fois à la hausse ses prévisions, en soulignant une demande meilleure qu’anticipé en Chine, tandis que l’AIE abaisse ses projections compte tenu de la récente hausse des cours.

D’un point de vue graphique, en unités de temps hebdomadaires, la cassure de la résistance des 57 USD a marqué le début d’une franche accélération jusqu’à 64 USD. Le pétrole marque désormais une pause légitime, les opérateurs optant pour la prudence à quelques jours de rendez-vous cruciaux. A l’image de l’orientation des moyennes mobiles hebdomadaires, la tendance est nettement haussière, mais un pullback sur l’ancienne résistance reste possible et permettrait d’ouvrir des positions longues pour viser une reprise de la tendance de fond.

Jordan Dufee Analyse réalisée le 22/11/2017
© 2017 Zonebourse.com

L’EURO/DOLLAR

La monnaie unique plie mais ne rompt pas

Toujours chahutée par les divergences de politique monétaire entre les deux grandes banques centrales ainsi que par le contexte politique européen, la monnaie unique continue cependant d’afficher une belle résilience.

Bien qu’il semble déjà intégré que la Réserve Fédérale américaine relèvera une nouvelle fois ses taux au mois de décembre, la BCE va de son côté prolonger son programme d’assouplissement quantitatif en 2018. Francfort réduira certes ses rachats d’actifs de 60 à 30 milliards mensuels de janvier à septembre prochain mais cela illustre le fossé qui existe entre les politiques menées des deux côtés de l’Atlantique. Mario Draghi l’a d’ailleurs martelé en conférence de presse, les taux resteront bas « bien après » la fin du QE, une façon de reporter l’échéance aux calendes grecques.

Si les Etats-Unis bénéficient d’une croissance robuste, mais aussi de la perspective d’une demande boostée par les dégâts liés aux catastrophes naturelles ou même de l’espoir d’une réforme fiscale, l’Union monétaire pâtit en revanche d’une inflation toujours trop éloignée de la cible de la BCE et de nouveaux développements sur le front politique.

Après l’exil en Belgique de Carles Puidgemont, chantre de la rébellion catalane, le regard inquiet des investisseurs se tournent désormais vers l’Allemagne, première économie européenne, où Angela Merkel vient d’échouer à former une coalition gouvernementale. Affaiblie à l’occasion des dernières législatives, la Chancelière n’a pas su réunir suffisamment d’alliés pour s’assurer une majorité au Parlement et de nouvelles élections pourraient ainsi être organisées outre-Rhin.

Graphiquement, malgré un retour éphémère sous 1.16, qui aura permis au marché de décourager une partie des acheteurs, l’Euro résiste plutôt bien à l’actualité et s’appuie de nouveau sur un support significatif à 1.1726 USD. A quelques semaines de la fin de l’année, nous n’attendons plus de mouvement majeur sur la parité en 2017.

Mathieu Burbau Analyse réalisée le 22/11/2017
© 2017 Zonebourse.com

Article tiré du magazine Strike 186 / Décembre 2017

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement