Archives : Indices

CAC40 : Records en cascade au début des trimestriels

Alors que la saison des résultats trimestriels vient de débuter des deux côtés de l’Atlantique, les places financières évoluent à leur plus haut annuel, rassurées par la poursuite des politiques monétaires accommodantes des banques centrales et la perspective d’un accord imminent entre la Chine et les États-Unis sur la question du commerce. L’appétit pour le risque reste donc intact, d’autant plus avec des récentes statistiques légèrement meilleures que prévu, qui réduisent les craintes concernant le ralentissement économique mondial. 

Au niveau de la macroéconomie, les doutes se dissipent provisoirement, malgré les récentes révisions baissières des perspectives de croissance mondiale par le FMI, la Fed et la BCE. En Chine, la croissance a rassuré (PIB en hausse de 6.4 %), la production industrielle accélère à +8.5 % en mars, sa plus forte progression depuis mi 2014 et les ventes au détail progressent de 8.7 %, tout comme l’investissement immobilier qui bondit de 12 %, son rythme le plus fort en 8 mois.

Aux États-Unis, le marché du travail reste solide (taux de chômage à 3.8 % avec 196 K créations de postes), l’inflation est maîtrisée et la croissance soutenue (+2.2 % contre 2.6 % précédemment). La Fed a néanmoins amorcé un nouveau virage de sa politique monétaire en annonçant qu’elle ne prévoyait plus qu’une hausse de taux d’ici 2021, compte tenu du ralentissement économique mondial et des incertitudes liées aux tensions commerciales. Elle devrait par ailleurs arrêter la réduction de son bilan en septembre prochain.

En Europe, les données sont mitigées, et principalement en Allemagne où les prévisions de croissance sont régulièrement révisées à la baisse. Cela reste un facteur d’inquiétudes pour la BCE, laquelle ne devrait pas non plus relever ses taux cette année, prévoyant aussi une nouvelle série de TLTRO.

Après un premier trimestre focalisé sur les politiques monétaires, les opérateurs devraient de nouveau focaliser leur attention sur la microéconomie, avec la saison des trimestriels. Outre les chiffres, les perspectives seront particulièrement importantes, après un cru 2018 exceptionnel qui a mis en évidence une progression de plus de 20 % des bénéfices des sociétés du S&P500. Les analystes anticipent une hausse de seulement 4.1 % des bénéfices sur 2019, mais les profits sont attendus en baisse de plus de 3 % pour le T1, avec notamment la dissipation de l’effet des mesures budgétaires et fiscales. Pour le moment, à peine 15 % des sociétés du S&P500 ont publié mais plus de 80 % d’entre elles ont dépassé les attentes (contre seulement 70 % au T1 des 3 dernières années). Ces publications pourraient donc surprendre agréablement, d’autant que le consensus s’avère assez pessimiste.

L’heure reste néanmoins à la prudence après la récente progression des indices. Les éléments de soutien (et notamment la résolution imminente du conflit commercial sino-américain) sont probablement d’ores et déjà intégrés dans les cours. Des prises de bénéfices pourraient ainsi rapidement intervenir, faute de nouveaux catalyseurs très positifs.

Graphiquement, l’indice parisien demeure en phase de rattrapage depuis ses points bas de fin décembre. La reprise s’avère dynamique, l’indice revenant d’ores et déjà sur ses plus hauts de 2018 (+18 % depuis le 1er janvier). La tendance reste donc haussière au-dessus des 5 100 points, niveau correspondant à la moyenne mobile à 20 semaines. À plus court terme, l’indice devrait se heurter à la résistance majeure des 5 615/5 640 points. Son franchissement libérerait un nouveau potentiel d’appréciation en direction des 5 750 points, niveau inégalé depuis fin 2007.

En cas d’échec, on pourra au contraire s’attendre à des prises de bénéfices légitimes qui devraient rapidement ramener l’indice vers les 5 425/5 350 points.

Laurent Polsinelli. © 2019 zonebourse.com

CAC 40

Dow Jones

Soutenu depuis le début de l’année par les espoirs de résolution du conflit commercial sino-américain ainsi que par les discours beaucoup plus accommodants des banquiers centraux, le Dow Jones poursuit son violent rattrapage depuis fin décembre, revenant à moins de 2 % de ses records absolus. La dynamique reste positive au-dessus des 25 450 points, avec le seuil des 27 000 points comme premier objectif majeur.

 

Nasdaq 100

Avec la perspective de taux qui resteront bas, (pas de resserrement monétaire en 2019), l’engouement acheteur perdure pour les valeurs technologiques, à l’image du Nasdaq 100 qui vient d’inscrire un nouveau record absolu, au début de la saison des résultats. L’appétit pour le risque demeure donc intact et l’indice pourrait poursuivre sur sa lancée en direction du seuil psychologique des 8 000 points. À court terme, seul un retour sous les 7 400 points constituerait un premier signal en faveur d’une consolidation vers les 7 000 points.

 

Nikkei

Dans le sillage de l’Europe et des États-Unis, l’indice Nikkei poursuit son mouvement de reprise, s’inscrivant désormais en hausse de plus de 11 % depuis le premier janvier. En données hebdomadaires, l’indice pourrait prochainement se heurter à la zone de résistance majeure des 22 350 points, niveau qui pourrait susciter quelques prises de bénéfices. Sous ce seuil, il conviendra donc de rester prudent, une consolidation pourrait ramener l’indice vers les 21 000 points, correspondant à la moyenne mobile à 20 semaines.

AVERTISSEMENT : la rubrique « Analyse Zone Bourse » comprend la diffusion sans aucune modification des articles rédactionnels (analyses techniques, analyses fondamentales, notes de recherche), des analyses graphiques et des recommandations d’investissement à caractère général (ci-après designées collectivement “les informations“) produites par la société Surperformance SAS, éditrice du site Internet Zonebourse.com. Les informations de cette rubrique représentent une communication à caractère promotionnel et n’ont notamment pas été élaborées conformément à toutes les dispositions réglementaires visant à promouvoir l’indépendance des analyses financières. La Commerzbank et ses employés ne sont pas soumis à l’interdiction d’effectuer des transactions sur les instruments financiers présentés dans cette rubrique avant la diffusion du magazine Strike.

Article tiré du magazine Strike 202 / mai 2019

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement