Archives : L'édito

Zone euro: une croissance plus forte au dernier trimestre

L’économie de la zone euro va-t-elle sortir de la morosité ? Les derniers indices des directeurs d’achats publiés pour l’euro zone suggèrent une croissance plus forte qu’auparavant,  au moins pour le dernier trimestre de l’année 2016… La composante de l’indice pour le secteur manufacturier est passée de 53,5 à 53,7 points, son plus haut niveau depuis janvier 2014. Pour le secteur des services, l’indice ressort également en hausse, avec 1,3 point de gagné à 54,1. Mais ces bonnes nouvelles n’empêcheront pas la BCE d’étendre son programme d’achat d’obligations en décembre.

La reprise de l’indice des directeurs d’achats pour l’industrie manufacturière montre que le trou d’air constaté au mois d’octobre de cette année n’était pas de nature à perturber la reprise entamée depuis le mois de mars. A 53,7 points, il est à son niveau le plus élevé depuis le début de 2014. Encore plus significative est l’amélioration nette de la composante de l’indice pour le secteur des services : à 54,1 points, il a comblé tout son retard créé depuis le début de l’année et pourrait désormais casser sa résistance établie en 2015…

Ces publications indiquent que les estimations des analystes de Commerzbank Corporates pour la croissance du PIB au quatrième trimestre, de 0,4%, pourraient être un peu trop prudentes, au moins pour ce trimestre… En effet, nos spécialistes doutent néanmoins qu’un rythme de croissance soutenu puisse s’installer durablement en zone euro. La légère reprise mondiale de la consommation ne peut pas faire perdre à l’esprit le fait que les pays émergents se heurtent toujours à des problèmes importants et que de ce côté-ci du globe, en zone euro, les niveaux élevés de dettes incitent plus à la prudence qu’à l’optimisme.

D’ailleurs, la BCE ne s’y trompera pas, guère impressionnée par ces publications à première vue plutôt enthousiasmantes. En effet, l’inflation reste faible en dépit d’une économie légèrement plus forte. Nos spécialistes s’attendent à ce que la BCE étende son programme d’achats d’obligations à sa réunion de décembre pour 6 mois de plus, jusqu’à la fin du mois de septembre de 2017.

Article tiré du magazine Strike 175 / Décembre 2016

Abonnement Strike Magazine
Strike Magazine

Pour recevoir chaque mois Strike, le magazine des produits de Bourse Commerzbank

Abonnez-vous gratuitement